Carnet de route

Ailefroide Orientale, 3847m : Arête Sud (Voie Normale)

Le 19/07/2017 par Angélique

Nous sommes 4 au départ de cette grande classique. Le dénivelé n'est pas à sous-estimer et nous allons alterner plusieurs fois des passages en rocher et en neige.

Nous quittons le refuge vers 4h, la lune ne nous offre qu'un léger quartier et nous partons donc à la frontale. Direction les premiers passages câblés qui nous permettent de dépasser les barres rocheuses laissées par le retrait glaciaire.

Françoise est malheureusement trop impressionnée par cette ambiance : les dalles assez lisses ou les maigres vires, la sensation de vide accentuée par la nuit noire mettent Françoise à rude épreuve à cette heure matinale. J’essaie de la rassurer sur le fait que le passage est court, que nous progresserons ensuite sur le sentier de la moraine et que le jour sera levé quand nous passerons les prochains passages rocheux. Rien n’y fait, Françoise a déjà épuisé trop de ressources dans ces câbles et je la raccompagne au refuge.

L’attaque de la voie est encore loin, la moraine est raide puis il nous faut encore franchir une partie rocheuse avant de traverser vers 2900m vers le pied de l’arête Sud de l’Ailefroide Orientale.

J’avais bien analysé le topo de ce contrefort rocheux, un enchaînement de vires et de passages plus verticaux. Le rocher est très agréable et l’ambiance des vires est très belle. Nous sommes encordés et il y a de nombreuses possibilités pour protéger, ça passe facile.

Lorsqu’on débouche des vires, mauvaise surprise : ce n’est pas un névé qui nous attend mais un gros cirque d’éboulis dont la remontée va être bien fatigante : soit c’est de la progression sur des blocs irréguliers, soit c’est du dépôt morainique instable et mou… dans les 2 cas, pas moyen d’avoir un pas régulier, la section est fastidieuse et le retard sur l’horaire s’accumule.

On trouve facilement le passage dans la barre rocheuse par la gauche et à la sortie, soulagement : il y a bien un névé pour cette 2ème section. La pente de neige est courte, la neige porte très bien et on voit même la prochaine barre rocheuse et la banane juste au-dessus : je reprends courage et confiance, on va y arriver !

En effet, on déroule les dernières sections mais le ciel s’assombrit de plus en plus. Les flocons voltigent quand on débouche au sommet. On jette quelques coups d’œil, le panorama est énorme mais aujourd’hui la vue n’est pas splendide : la visibilité est réduite et ça manque complètement de luminosité.

On file rapidement dans la descente, la météo alterne entre petites gouttes et éclaircies, pourvu que ça tienne jusqu’à la fin des passages rocheux… c’est le cas, ça s’arrange même et nous terminons sereinement cette très belle course. L’équipe de Claude nous accueille au refuge, on prend une bonne pause tous ensemble et on enchaîne sur la redescente jusqu’à Ailefroide. Il fait beau, on longe le bouillonnant torrent de Celse Nière et quelques chamois nous font même l’honneur de venir nous dire « à la prochaine ! ».

CLUB ALPIN FRANCAIS GUILLESTROIS
BOITE N°3 - BAT DE LA MAIRIE
PLACE DES DROITS DE L'HOMME
05600  GUILLESTRE
Contactez-nous
Tél. 07 67 32 38 72
Activités du club
Agenda