Carnet de route

Mont Pelvoux, 3943m : Voie Normale et Traversée par le Glacier des Violettes

Le 24/06/2017 par Angélique

Nous aurions pu être 4 à l'assaut de la Traversée du Pelvoux... mais Nico n'aura pas pu nous rejoindre au refuge. Tant pis, nous partons à 3, encore une belle cordée féminine !

Lever à 3h, on quitte le dortoir sans faire de bruit pour ne pas réveiller ceux qui ont encore 1 heure de sommeil. Damien nous accueille avec le sourire et un petit déjeuner gourmand. Avec quelques blagues, il est vigilant à ce que nous ne tombions pas en hypo durant la bambée qui nous attend.

Seulement 2 cordées sont au départ pour la traversée : un guide et 2 clients qui vont rapidement nous distancer. Bref, c'est la solitude assurée.

On attaque la montée de la moraine puis de la bosse de Sialouze, tout en rocher, à la frontale... c'est pas aussi facile qu'en neige mais ça passe.

On s'encorde à l'arrivée sur le Glacier de Sialouze puis on attaque le Couloir Coolidge : c'est long, c'est raide : Courage !!!

Mais Damien nous avait dit qu'il serait en neige dure, moi j'appelle ça de la glace. L'étroiture la plus raide est tendue, tout en pointes avant, on n'enfonce les crampons et le piolet qu'au prix de formidables efforts... ça va être soutenu !

La sortie du couloir est en vue, la pente se couche légèrement. Là c'est la cerise sur le gâteau : la neige est pourrie, j'enfonce au-delà du genou un pas sur 3...

Pendant tout ce temps, le ciel s'est bien couvert. La météo n'avait annoncé le flux de Nord Ouest qu'en milieu de journée. Or, il n'est que 9h et le grésille nous accueille à la sortie du Coolidge.

Le Coolidge est trop tendu pour redescendre par là; une seule issue : la traversée. Nous shuntons la Pointe Puiseux, ce qui est vraiment dommage, mais il faut vite s'engager dans la loooooooongue descente qui nous attend.

Quelle heureuse surprise de s'appercevoir que la neige du Glacier du Pelvoux porte, nous avalons rapidement la 1ère partie jusqu'au 1er rappel. C'est juste triste et alarmant de voir que les crevasses du Glacier des Violettes sont aussi béantes qu'au milieu de l'été.

Et c'est parti pour une belle séance de rocher : rappel, désescalade facile, puis désescalade plus expo... j'ouvre l'itinéraire et Marie guide avec brio les pas de désescalade de Sylvie : Voilà une cordée de choc. Encore 3 rappels, puis un bon sprint pour la traversée sous les séracs du Glacier des Violettes...

Ouuuuuf, fin des glaciers mais je n'ose pas dire à mes coéquipières à quelle altitude nous sommes : il est 13h et nous ne sommes qu'à 3100 m... Plus que 1500 mètres pour le repos à Ailefroide !

Il ne reste plus qu'un névé, un rappel, un névé, un rappel, un névé... ça y est, plus de neige, on s'octroie une bonne pause à la sortie du névé Pélissier : Il faut entretenir la forme pour continuer la descente.

On avale rapidement la descente en sentier raide jusqu'à l'entrée de la vire d'Ailefroide et recommence à nouveau une longue partie de rando / désescalade assez expo... la fatigue se fait sentir, nous y allons tout doux, la météo n'est plus menaçante.

Au camping, le reste du groupe commence à s'inquiéter et nos hommes nous ont guettées aux jumelles. Ils viennent à notre devant au pied de la vire : quelle joie d'être ainsi accueillie en conquérantes de cette magnifique traversée.

CLUB ALPIN FRANCAIS GUILLESTROIS

BOITE N°3 - BAT DE LA MAIRIE
PLACE DES DROITS DE L'HOMME
05600  GUILLESTRE
Contactez-nous
Tél. 07 67 32 38 72
Activités du club
Agenda